Cinéma

The Dark Knight Rises : la clôture tant attendue

© Warner Bros. France

Oui, je fais partie de ceux qui attendaient ce film avec impatience, qui avaient adoré The Dark Knight, qui sont fans de l’univers de Christopher Nolan. Entre Avengers, le reboot de Spider-Man et ça, on est plutôt gâtés cette année en matière de super-héros, même si Rises est malheureusement sorti dans un contexte tragique… Sans surpasser son prédécesseur (difficile), ce film a répondu à mes espérances.

Après 8 ans d’absence où il a vécu en reclus, s’étant rendu responsable de la mort d’Harvey Dent, Bruce Wayne, diminué, est progressivement amené à devoir reprendre du service, d’abord lorsque Catwoman ranime un peu sa flamme, puis lorsqu’un ennemi bien plus redoutable, le terroriste anarchiste Bane, le défie.

Le film dure 2h44, mais, n’ayez pas peur, on ne voit pas le temps passer. A la fin, on aimerait même qu’il soit un peu plus long car j’ai trouvé certaines choses expédiées (notamment Bane…). Sur le plan des défauts, il faut aussi compter quelques maladresses : le personnage de Marion Cotillard est peu utile et peu convaincant, son jeu laisse même à désirer, et certaines répliques de certaines scènes n’ont pas la subtilité à laquelle Nolan nous avait habitués. Il m’a paru un peu superflu de voir deux femmes tourner autour de Bruce, d’autant plus qu’il est en deuil de sa bien-aimée…

© Warner Bros. France

Mais c’est très bien mené. Les effets spéciaux sont réussis, certaines scènes sont spectaculaires (l’avion, le stade…). Il y a beaucoup de bonnes idées (« La mort ou l’exil ? »). Le scénario est empreint de problèmes contemporains : un braquage de place boursière et non plus de banque, un ennemi terroriste, la mise en avant des forces de police et de la question sécuritaire, le nucléaire et la recherche de nouvelles énergies. Ce film est très centré sur Bruce Wayne (Christian Bale est égal à lui-même), ses doutes, la remise en question de son utilité, son impuissance sur tous les niveaux. Il endosse beaucoup moins son costume de Chevalier Noir.

On retrouve avec plaisir de nombreux personnages des volets précédents, que je vous laisse découvrir, joués par une galerie de bons comédiens (Michael Caine, Morgan Freeman, Gary Oldman, Cillian Murphy). Anne Hathaway incarne une Catwoman réussie, actuelle et futée comme il faut, élégante aussi. Quant à Tom Hardy, certains n’ont pas été convaincus. Moi, j’ai trouvé qu’il se débrouillait très bien pour jouer Bane (après, je ne le connais pas dans le comics), et je vous conseille de le voir en VO parce qu’avec le masque qui lui mange le visage, sa voix est un peu son seul recours (à vrai dire, il faut toujours voir les films en VO haha). Cela dit, il y a une scène finale où son regard est chargé d’émotion (vous comprendrez de quoi je veux parler), qui m’a convaincue si besoin était que c’est un super acteur. Comme le Joker, le Bane de Nolan est très intéressant, développant une véritable idéologie. Sans parler de Joseph Gordon-Levitt, très bon en flic zélé admirateur de Batman.

© Warner Bros. France

The Dark Knight Rises ne surpasse pas The Dark Knight, mais je l’ai préféré à Begins, et il boucle la boucle de manière magistrale en faisant d’ailleurs beaucoup de liens avec ce premier épisode. Je vous laisse avec un morceau de la super BO, pour l’ambiance…

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s