Art

Escapade à Montpellier : Le Caravage et le street art

Garçon mordu par un lézard – Le Caravage

Hier, je suis allée faire un tour à Montpellier pour voir l’expo « Corps et Ombres – Le Caravagisme européen » au musée Fabre. J’aime beaucoup Le Caravage, peintre lombard (1571-1610) qui a révolutionné la peinture. Sans le vouloir, il a créé un mouvement, le caravagisme, en inspirant de nombreux peintres européens. Sa peinture est caractérisée par le clair-obscur, le cadrage à mi-corps et un traitement à la fois dramatique et réaliste des scènes religieuses mais aussi profanes qu’il peint. Ses tableaux sont sombres et mélancoliques, parfois violents, loin de l’idéalisme classique.

Le Sacrifice d’Isaac – Le Caravage

L’Amour endormi – Le Caravage

Il faut parcourir le monde pour voir son œuvre (une soixantaine de tableaux) car elle est assez dispersée. Le musée de Montpellier, en collaboration avec le Musée des Augustins de Toulouse (qui présentera un deuxième volet consacré au caravagisme d’Europe du Nord) et 2 musées américains a réussi à réunir 9 toiles. C’est la première expo consacrée au peintre en France. C’est déjà pas mal, même si ça ne représente qu’un dixième de l’expo, le reste étant un florilège de tableaux caravagistes français, italiens et espagnols. On y trouve Bartolomeo Manfredi, Simon Vouet, Valentin de Boulogne, Diego Velásquez, Georges de la Tour…

Saint-Jérôme et l’ange – Simon Vouet

Une expo donc intéressante, avec pas mal d’infos (il y a des explications à chaque tableau). On y remarque que le caravagisme, c’est aussi des thèmes récurrents copiés du Caravage, comme la Vocation de Saint-Mathieu, David et Goliath, Judith, les musiciens… De nombreux peintres ont délivré leur version de ces scènes. A la fin, un documentaire plutôt académique sur le triptyque réalisé par le peintre pour l’église Saint-Louis des Français à Rome.

Judith – Valentin de Boulogne

Le Nouveau-né – Georges de la Tour

En sortant, j’en ai profité pour me balader dans la vieille ville. Même si j’étais déjà venue (j’ai même vécu à Montpellier étant petite), je n’avais jamais pris le temps de le faire. J’ai remarqué que Montpellier était une ville particulièrement prisée par l’Invader, cet artiste français qui sème des petites mosaïques de space invaders (du jeu vidéo du même nom) dans les villes du monde entier. J’aime bien retrouver ces petites icônes fun quand je visite une ville. Je trouve que cette touche de modernité s’accorde très bien avec les vieilles pierres. L' »invasion » est pour l’artiste une sorte de hacking de la réalité, le jeu vidéo s’immisçant dans la ville. A Montpellier, les mosaïques forment un space invader quand on les localise sur un plan de la ville…

© long story short

© long story short

© long story short

Au détour d’une rue, on peut aussi tomber sur les serpents à plumes du graffeur Oré, qui s’inspire de l’art précolombien pour représenter, dans différentes couleurs et dans différentes villes, le fameux Quetzalcóatl. Très sympa aussi…

© long story short

© long story short

Advertisements

2 réflexions sur “Escapade à Montpellier : Le Caravage et le street art

  1. Sacré chance que tu as d’avoir vu des Caravage, des vrais ! Mes copains de la fac et moi on en rêverait ! Ses toiles sont vraiment superbes !
    Ton article est super intéressant d’ailleurs :)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s