Musique

Mes dix meilleurs albums de 2012

6911035631_1a608d2686_o

Crédit : emily burtner sur Flickr

Voici donc un nouveau palmarès, dans le domaine de la musique cette fois-ci. Ça commence à faire un peu tard, tout le monde a déjà publié son top 10, mais j’ai eu du mal à choisir, car il y a bien entendu d’autres albums que j’ai appréciés cette année. Je ne vais pas classer ces dix albums car je ne vois pas ça comme une compétition et surtout j’en suis incapable. C’était déjà pas évident de sélectionner les dix meilleurs… Vous trouverez à la fin de l’article une playlist avec un morceau choisi par album.

  •  Alt-J () – An Awesome Wave

artworks-000023431565-j3iz03-crop

Alt-J est pour moi la révélation de l’année 2012. Ce quartet britannique a su proposer un son novateur, avec leur style expérimental qui mêle influences folk et hip-hop avec un peu de dubstep. Leur univers est notamment inspiré par le cinéma (le groupe s’appelait FILMS avant). L’album alterne avec classe et efficacité mélodies pop et ambiances instrumentales, et la voix nasale de Joe Newman nous envoûte, avec un travail recherché de ce côté-là.

  • The Killers – Battle Born

thekillers

J’en parlais ici. Ce dernier album des Killers est à mon sens une réussite, et me réconcilie avec le groupe, puisque je n’ai jamais accroché à Day & Age. C’est une collection presque sans faille de morceaux pop où l’on retrouve l’ambiance glam rock des débuts. Brandon Flowers revient à des thèmes plus basiques dans ces belles paroles, avec surtout des chansons d’amour, et l’on entend aussi beaucoup Las Vegas, ville d’origine du groupe. L’album contient des morceaux épiques dans la lignée de ceux, excellents, que le groupe avait déjà pu nous offrir (A Matter Of Time, Battle Born), mais aussi de belles balades (Heart of a Girl, Be Still). Je conseille également l’écoute des bonus (Carry Me Home et Prize Fighter).

  •  Beach House – Bloom

Bloom_jpg_630x900_q85

Je ne connaissais pas ce groupe avant, et je n’ai pas encore eu l’occasion d’écouter leurs albums plus anciens (shame on me), mais j’ai été émerveillée par cette très belle musique atmosphérique et par la voix mélodieuse de Victoria LeGrand. Cet album est une collection fluide et harmonieuse de 10 morceaux de dream pop qui vous donnent l’impression de flotter sur un petit nuage. Mes préférés sont Myth, The Hours et Wishes.

  • Lana Del Rey – Born To Die + The Paradise Edition

Sans titre-4

Cet album très attendu sorti en début d’année ne s’est pas avéré aussi bon qu’on l’avait espéré mais mérite quand même sa place dans ce palmarès. Pour ma part, je trouve l’album solide jusqu’au très bon Summertime Sadness, mais je n’ai pas accroché aux morceaux suivants, si ce n’est le bonus Lucky Ones. J’ai trouvé les critiques assez exigeants car il y a vraiment de superbes morceaux ici, ayant chacun leur propre ambiance, du langoureux et rétro Million Dollar Man au presque rap Off To The Races, en passant par les provoquants National Anthem et Radio. The Paradise Edition est venu ajouter 8 petits bijoux à Born To Die, produits de manière plus épurée, qui donnent juste envie de rouler sur les routes de Californie en décapotable ou de se balader la nuit à L.A. façon David Lynch.

  • The Maccabees – Given To The Wild

maccabees_the_given_to_the_wild

C’est par cet album que j’ai découvert ce groupe, que j’ai d’abord vu en live en première partie des Black Keys en décembre. Une découverte tardive donc, mais salutaire car c’est un excellent album. Les Maccabees poursuivent la tendance déjà amorcée dans Wall of Arms, avec un son moins rock et plus atmosphérique, plein de subtilité et de poésie. Un album sans baisse de régime, à écouter plusieurs fois pour découvrir l’intérêt de chaque morceau, du single upbeat Pelican au très beau Ayla, en passant par l’enchanteur Grew Up At Midnight qui termine le LP en beauté.

  • Passion Pit – Gossamer

Passion-Pits-latest-Album-Gossamer

J’ai mis un certain temps à entrer dans cet album, qui m’a de prime abord déçu par rapport au premier, Manners. Il me paraissait plus superficiel, de moins bonne qualité. Mais finalement Gossamer est un bon album, où l’on observe un contraste entre atmosphère électro-pop acidulée et paroles plus sombres. C’était notamment parfait pour l’été, avec des morceaux pleins d’énergie qui mettent de bonne humeur. Une fois passés les deux singles catchy que sont Take A Walk et I’ll Be Alright, on tombe sur des morceaux très intéressants, avec notamment Constant Conversations et son ambiance r’n’b, On My Way dont la mélodie entraînante m’a rappelé celles des films Disney (ce qui n’est pas négatif mais juste amusant), où l’aigre-doux It’s Not My Fault, I’m Happy, dont j’aime particulièrement le buildup initial et les près-refrains.

  •  Dry The River – Shallow Bed

shallow-bed-album

L’un de mes gros coups de cœur de l’année. J’avais entendu parler de ce groupe il y a des mois, mais ce n’est que récemment que je les ai écoutés plus sérieusement et que je suis tombée sous le charme. Ils sont britanniques, mais leur son folk et leur univers vintage teinté de religieux et de mysticisme à la Arcade Fire m’ont plutôt évoqué l’Amérique puritaine profonde. Chaque morceau de l’album m’enchante et pourrait selon moi être un single. Une très belle découverte.

  • Grizzly Bear – Shields

Grizzly-Bear-Shields

Le retour plus que réussi de Grizzly Bear, qui nous livrent un album maîtrisé, aussi bon que le précédent. On sent qu’ils ont vraiment gagné en efficacité. La tonalité est plus sombre, avec par exemple l’oppressant A Simple Answer, mais on a encore droit à de magnifiques mélodies et instrumentations. Citons le superbe single Yet Again ou le beau Sun In Your Eyes qui termine l’album avec majesté.

  • fun. – Some Nights

fun-some-nights-album-cover-art-640x640

Je pense que tout le monde a entendu le single We Are Young avec Janelle Monàe. L’album dont il est extrait vaut vraiment le détour, avec une collection de morceaux variés et efficaces aux influences plus diverses que celles qu’on pouvait entendre sur Aim and Ignite. Le style de fun., qui rappelle notamment Queen avec le chant théâtral de Nate Ruess, donne lieu à des morceaux pop très entraînants qui sont de véritables hymnes. Si l’on a déjà cité We Are Young, on peut parler aussi de Some Nights ou de Carry On. Les morceaux All Alright, All Alone et One Foot font quant à eux appel à des sons plus dubstep ou hip-hop qui donnent de bons résultats. La seule chose qui m’a gênée dans cet album est l’usage parfois abusif de l’autotune pour donner des effets à la voix du chanteur. Sympathique dans Some Nights, il devient carrément lourd dans It Gets Better.

  • Grimes – Visions

grimes-visions-608x608

La canadienne Grimes est une autre révélation très intéressante de l’année. Son album électronique et expérimental nous plonge dans une ambiance particulière, portée par sa voix aérienne et ses paroles énigmatiques. La chanteuse s’est créé un style original que j’aime beaucoup, notamment dans ses clips. Ses morceaux sont teintés de mystère et de mélancolie, mais cela ne les empêche pas d’être entraînants, ainsi de Vowels = Space And Time ou de Circumambient, sans oublier les très bons singles Oblivion et Genesis.

Publicités

4 réflexions sur “Mes dix meilleurs albums de 2012

    • Oui l’album de Jack White est bon aussi, mais je ne l’aime pas autant que les dix listés ici ^^ Quant à Frank Ocean, il faudrait que je l’écoute sérieusement, même si le r’n’b n’est pas mon genre normalement. Contente qu’on soit d’accord pour les deux premiers :)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s