Séries télé

Des séries télé sur des séries télé : la tendance méta

The Bakersfield Expedition

« Méta », c’est « au-delà » en grec. Vous vous souvenez peut-être du concept de « métatexte » appris en cours de Français : un texte sur un autre texte. Eh bien, une série méta, c’est une série qui parle de séries, soit en étant bourrée de références à d’autres séries, soit en faisant référence plus ou moins explicitement à son propre statut de série.

Les séries méta, ça n’a rien de nouveau : déjà dans les années 80, la série policière Clair de lune faisait régulièrement tomber le quatrième mur, le méconnu It’s Garry Shandling’s Show le supprimait, ou Seinfeld faisait jouer à l’acteur humoriste Jerry Seinfeld son propre rôle. Mais ces temps-ci il semble que les scénaristes rivalisent d’ingéniosité pour nous proposer différentes déclinaisons de ce ressort comique qui rapproche le spectateur des personnages en lui donnant l’impression de « faire partie du club », car tout réside dans la compréhension des références.

La série fantastique Once Upon A Time par exemple a sa propre originalité : sans faire tomber l’écran, elle pourrait être qualifiée d’« infra-méta » puisque les personnages qui la peuplent sont quasiment tous tirés de contes de fées, contes qui sont écrits dans un livre que l’un des personnages utilise pour les guider et aider le personnage principal à tenir son rôle d’héroïne.

La multiplication des références culturelles est néanmoins la plus répandue, s’adressant à un nouveau public de plus en plus geek en lui permettant de s’identifier aux personnages. On peut citer The Big Bang Theory bien sûr, dont les héros nerds parlent constamment de jeux vidéos, films ou séries et qui invite régulièrement des idoles de la culture geek (Stan Lee, George Takei…) à jouer leur propre rôle.

The Real Ghostbusters

Ces références sont souvent des hommages aux fans d’une série. Ainsi dans Supernatural, les héros Sam et Dean Winchester découvrent que leurs aventures, écrites par un prophète, ont été publiées, et se retrouvent à une convention de fans. Dans l’épisode The French Mistake, le show va encore plus loin : Sam et Dean se retrouvent projetés dans une réalité où ils sont les acteurs qu’ils sont dans notre monde et où ils jouent leur rôle dans une série appelée Supernatural

Faire tomber le quatrième mur, c’est aussi ce que font des séries comiques comme The Office ou Parks and Recreation, où les personnages s’adressent constamment à la caméra comme si l’on tournait un documentaire sur leur vie professionnelle sans pour autant que ledit documentaire soit jamais mentionné.

Mais la série actuelle la plus méta est sans conteste Community, qui a fait de ce ressort son cheval de bataille, avec ses épisodes-concept tous plus délirants les uns que les autres qui font référence à d’autres œuvres de pop culture, et surtout avec le personnage d’Abed, érudit en matière de ciné et de télé atteint du syndrome d’Asperger qui a la manie de commenter ce qui arrive dans la série comme s’il s’agissait d’une sitcom, et de filmer ses camarades, semblant toujours tout savoir à l’avance.

Glee-bashing...

Glee-bashing…

Faire dans le méta est cependant un exercice délicat qui peut engendrer l’incompréhension : l’annulation de la série Arrested Development, dont les personnages paraissaient trop irréalistes à la Fox à force de verser dans le méta, en est un exemple. Mais le méta n’a pas dit son dernier mot : en 2013 est prévue la série Cult dans laquelle une série télé policière est mise en pratique par ses fans…

Advertisements

2 réflexions sur “Des séries télé sur des séries télé : la tendance méta

  1. Intéressant comme article :)
    Le risque avec le séries « méta » c’est qu’elles deviennent incompréhensibles pour le commun des mortels…
    The Big Bang Theory arrive à rester compréhensible car il y a souvent une explication à un moment ou à un autre de la réference, pour Penny par exemple
    Concernant Community, je pense que je loupe plein de références, mais globalement on s’amuse beaucoup même si on ne les comprends pas toutes ;)

    Bonne continuation et n’hésitez pas à faire un tour sur mon blog ;)

    • Merci :) Oui, « Community » a tendance à enchaîner les références, que ce soit à son propre statut de série ou à d’autres œuvres de la pop culture, et ça peut être difficile à suivre. Elle en devient presque métaphysique parfois.
      En fait je suis déjà ton blog, il est sympa :)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s